Si le nom de Bruce Campbell ne vous dit rien… c’est à se demander comment vous êtes arrivés sur Films Pourris. Bruce Campbell est l’égérie de toute une génération, celle de Evil Dead de Sam Raimi (son grand ami) dans lesquels il incarne THE Ash (Williams) ! Bruce Campbell est une figure mythique du cinéma d’horreur… qui se dédie à lui même un film un tantinet mégalo : My name is Bruce.

Bruce tout puissant

Dans un village paumé dans le trou du cul des Etats-Unis, un Dieu chinois Guan Di trucide à tours de bras la populace locale. Avant que les quelques 339 habitants du bled ne se retrouvent au cimetière, un jeune ado entrevoit la solution à tous leurs problèmes fantomatiques, son idole : Bruce Campbell. S’il a réussi à survivre à 3 Evil Dead, il devrait pouvoir se débarrasser sans problème d’un Dieu chinois. Sortez-vous les baguettes du nez, ça va saigner !

Les joyeux lurons prêts à en découdre

My name is Bruce repose sur un principe simple mais efficace : la confusion entre l’homme public (Bruce Campbell) et son personnage phare Ash Williams (héros de la série Evil Dead). Quand le gamin kidnappe Bruce pour l’emmener dans son village natal, il ne voit pas la star de films de série B sur le banc de touche, passablement alcoolique et égocentrique. Il voit le héros d’une génération, prêt à tout pour en découdre, même devant les forces du mal les plus obscures. Le seul et l’unique Ash.

L’ombre d’un Bruce

Le scénario est aussi farfelu qu’on pouvait s’y attendre pour un film combinant les productions Dark Horse, la famille Raimi et Bruce Campbell bien entendu (sans laisser de côté Mark Verheiden). La bande à Picsou est au complet pour de nouvelles aventures horrifiques et comiques, cette fois-ci contre un vieux Dieu chinois aux yeux rouges.

Si l’emballage peut paraître particulièrement prometteur, je dois avouer que la sauce retombe assez vite. Outre le côté très attendu de l’histoire, il manque un je ne sais quoi pour passer du simple bon moment au film qui marque. On ne se souviendra pas de Bruce Campbell pour cette oeuvre sans originalité.

Legend tour : interprétation du jour, l’affreux Guan Di

Le début du film annonce la couleur, Bruce, et sa carrière, sont empêtrés dans les affres des films de série B qui n’égalent ni ne surpasse jamais la légende. My name is Bruce ne déroge pas à la règle…

Il y a quelque chose de pourris dans My name is Bruce

Bruce n’est que l’ombre de Ash, et s’en joue à merveille. Si My name is Bruce a bien quelque chose pour lui, c’est de se jouer de tout : des codes de l’horreur, des références plus au moins subtiles au genre et surtout de Bruce Campbell lui même. Une mise en abîme scénarisée qui dépeint un Bruce Campbell comme on pourrait se l’imaginer, à l’extrême opposé de son personnage Ash : lourdingue, lâche ou encore drôle malgré lui.

Parfois, il suffit de peu de chose pour vous coller le sourire aux lèvres. J’avoue que le faciès et les mimiques de Bruce en font partie. Il est à lui seul un élément de vente non négligeable ! Alors un film produit, réalisé et interprété par Bruce en personne… il y avait de quoi espérer (ou craindre) beaucoup.

Que serait un film d’horreur sans un peu de romance ?

Pas mauvais, mais loin d’être excellent, My name is Bruce restera certainement un titre parmi (vraiment) tant d’autres dans la filmo très fournie de Campbell… toujours identifié pour son rôle dans Evil Dead. Avec ses effets spéciaux à la limite du Do It Yourself et sa réalisation qui frôle parfois avec le téléfilm de l’été, on est loin d’un navet aux petits oignons, soigné jusqu’au bout de la fane.

Pour les amateurs du genre et les fans du comédien, n’hésitez pas à vous faire plaisir avec cette triple dose de Bruce !

DVD anglais : film et bonus

Ce DVD fait partie d’un coffret « The Horror Collection » que j’ai acheté… et qui porte plutôt mal son nom puisque les trois films qui le composent sont des comédies sur fond de film d’horreur. Bref, c’est un coffret anglais, je suppose mais qui a l’avantage d’offrir un double DVD pour My name is Bruce.

DVD 1 : le film

DVD 2 :

  • Le film commenté par Bruce Campbell et Mike Richardson
  • Documentaire : Heart of Dorkness, Making of de My name is Bruce
  • Trailers : Cavealien 2 & My name is Bruce
  • Featurettes
  • Galerie photos
My name is Bruce... pas Wayne, mais Campbell ! [critique]
Beauté du scénario
Masterisation de la caméra
Magie des effets spéciaux
What the fuk
Yeah :
  • Bruce Campbell
  • Bruce Campbell (and co.)
  • Bruce Campbell (et les références)
Pfff :
  • Pas assez dans le what the fuck
  • Adieu originalité
3.2Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.