Coin Heist ou le braquage de La Monnaie par le Breakfast Club. Je n’en attendais pas beaucoup de ce film traqué du fin fond de Netflix. Parce que oui, il faut avoir des buts dans la vie, l’un des miens, trouver les sombres productions ou titres du catalogue Netflix dont vous ne soupçonniez même pas l’existence. Et il y en a beaucoup !

 

Coin Heist : 4 adolescents pour un braquage

Le principal d’un lycée est arrêté pour avoir détourné l’argent de l’institution. Ni une, ni deux, le lycée est à deux doigts de fermer ses portes et commence par mettre fin à toutes les activités extra-scolaires. La solution pour renflouer les caisses ? Braquer le United States Mint (Maison de la Monnaie américaine).

Fureur dans les rangs lycéens, fermer le club d’échec et de dames chinoises est un scandale. Pas un élève se réjouit de la situation voyant poindre des vacances inopinées (nous n’avons vraiment pas vécu la même enfance). Pour contrer cette infamie, quatre adolescents sont prêts à en découdre.

La bande à Picsou

L’élève modèle (Sasha Pieterse de Pretty Little Liars) fait équipe avec la geek pirate de l’extrême (Alexis G. Zal, vue dans Ouija, les origines), le sportif des bas fonds (Jay Walker) qui risque de perdre sa bourse (le seul qui a une vraie raison d’agir) ainsi que le caïd de seconde zone et aussi fils du proviseur écroué (Alex Saxon). Nos quatre fantastiques s’investissent d’une mission, remettre les comptes du lycée dans le vert en façonnant des pièces de monnaie légèrement modifiées.

 

Blueprints d’un braquage bancal

Coin Heist, comme titre, ça nous vend du rêve. On imagine facilement une fontaine de pièces, digne de Fort Boyard, tombant dans les mains de braqueurs en sueur, tremblant pour leur casier judiciaire après un discret passage par les égoûts ou conduits de ventilation. Cat’s Eyes power quoi.

Alors niveau chat, on est plutôt vers Garfield que Cat’s Eyes… l’humour en moins. Coin Heist se traîne de tout son long pendant 1h37 de pas grand chose. Des excuses bidons pour enfreindre une bonne demie douzaine de lois (au pifomètre) et risquer de finir à l’arrière d’un camion de flics et nous rappeler la suprématie adolescente qui sait tout faire avec rien.

Evidemment qu’à 17 ans je savais hacker le réseau informatique de l’un des bâtiments le plus sécurisé du pays, ou contrefaire de la monnaie finger in da nose comme si j’étais le (Rémy) Ratatouille de l’usine. Et je ne parle même pas de mon plan qui fonctionne du feu de dieu sans anicroche aucune.

Doutes, hésitations, peur, autant de sentiments parfaitement inconnus de nos protagonistes. Niveau crédibilité on a vu mieux. Ils ont bien mieux à faire cela dit, se confondre en oeillades par exemple.

17 ans, faussaires improvisés

 

Coin Heist, la contrefaçon des films de genre

Les ratés de Netflix sont monnaie courante, et Coin Heist ne fait pas exception. Malheureusement, ce braquage fastidieux ne nous tiendra pas plus en haleine qu’un épisode de Derrick.

Coin Heist est adapté du roman jeune adulte éponyme de Elisa Ludwig, pourtant pas trop mal noté sur les plateformes (entre 3,5 et 4 sur 5). Je ne sais pas si le roman donne un peu de profondeur aux personnages (dimension totalement absente dans le film) ou si l’intrigue est mieux menée, mais clairement je ne serais pas aussi clémente avec le film.

J’en rajoute une couche ? Jeu d’acteurs insipide, scénario mal foutu, réalisation banale, en bref. Du réchauffé. Allez, sans rancune Coin Heist, je ne fais que te rendre la monnaie de ta pièce.

 

Coin Heist, la bande annonce

 

Coin Heist (2017)
De Emilie Hagins
Durée : 1h37
Disponible sur Netflix
Casting : Alex Saxon, Sasha Pieterse, Alexis G.Zal, Jay Walker

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.