Les nouvelles technologies ouvrent grand la porte (descendre le pont levis serait plus juste) à de nouvelles façons de vous faire peur. Bad Match surf, comme beaucoup, sur la vague de la drague on ligne. Attention, un profil peut en cacher un autre.

Bad match, quand la bombasse t’agace

Harris (Jack Cutmore-Scott) est le roi du swipe à droite ! Avec son rituel bien rodé, il écume les sites de rencontres pour trouver une fille avec laquelle finir la nuit. Chaque jour, ou presque, même ritournelle, et ça fonctionne. Mais ça, c’était avant de rencontrer Riley qui ne se laissera pas larguer aussi simplement que ça !

Le charmeur aux aguets devient très vite aux abois dans Bad Match. Stéréotype du mâle en quête de femelle, Harris ne se soucis guère des demoiselles qu’il utilise. Quand une pimprenelle se rebiffe, il perd bien vite ses moyens.

Riley (Lili Simmons) n’est pas fille à se laisser manipuler. Elle s’accroche à le rendre complètement dingue. Entre faux suicide et couteau très aiguisé, notre célibataire n’a pas dit son dernier mot.

Bad Match le thriller des rencontres en ligne

Comment ça j’ai un sourire de psychopathe ?

 

Bad romance à son dernier match

Bad Match veut jouer sur tout les tableaux, et c’est bien son problème. Du thriller romantique sur fond de : internet c’est dangereux, les sites de rencontre c’est pourri, si tu es méchant tu le paieras, les mecs sont des coureurs et les filles de belles niaises à la recherche du prince charmant sur son cheval blanc.

Il va de soi que notre Casanova ne pense pas à mal. Il va également évidemment de soi que toute créature ovarienne n’a qu’un but en tête : trouver l’homme de sa vie. Et vous savez ce qu’il se passe quand une femelle est contrariée ? Elle pète tout simplement un câble. Et pas un petit, plutôt le bug de l’an 2000 ! Tout, elle fera tout pour avoir le mâle de son choix, mort ou vif.

Sarcasmes. Juste au cas ou.

Il est pathétique de se vautrer à se point dans la fange des stéréotypes et d’espérer en tirer quelque chose. Car clairement, il n’y a rien à tirer de Bad Match : 1h23 de thriller digne des soins palliatifs.

C’est mou du genou côté scénar mais aussi côté réal’. Les acteurs quand à eux font ce qu’ils peuvent, mais ça ne vole pas très haut.  Mourir de lenteur devant un thriller, c’est quand même le comble ! Mais préparez-vous d’avance si vous vous lancez dans Bad Match.

 

Bad Match (2017)
De : David Chirchirillo
Durée : 1h23
Avec : Lili Simmons (Banshee), Jack Cutmore-Scott (Kingsman)

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.